Qui a créé la cryptomonnaie ?

0
(0)

Les cryptomonnaies sont des monnaies numériques découlant du Bitcoin (l’invention de Satoshi Nakamoto en 2008). On peut également les retrouver sous le nom d’actifs financiers numériques ou de cryptoactifs. Elles constituent des moyens d’échange dont la valeur se créée et se détient par ses propres utilisateurs. Elles ont des caractéristiques technologiques qui reposent sur la cryptographie. Dans le détail, il s’agit de la combinaison de plusieurs techniques d’encodage ou de cryptage des informations. Cependant, le système est si complexe qu’il en résulte une protection des informations contre toute tentative de détournement par des destinataires non autorisés. Dans cet article, il est question d’expliquer comment les cryptomonnaies sont nées, quelle est leur véritable origine.

Satoshi Nakamoto : le bitcoin et l’origine des cryptomonnaies

Satoshi Nakamoto - les débuts du bitcoin l'invention des Altcoins.
Satoshi Nakamoto – les débuts du bitcoin l’invention des Altcoins.

Aujourd’hui, on considère le bitcoin (BTC) comme étant le point initial et le plus important des cryptomonnaies. Il contient un protocole open source et fonctionne en réseau peer-to-peer. La naissance de cette monnaie fait suite à un article de Satoshi Nakamoto (inconnu jusqu’à présent), publié en 2008. À ses débuts, très peu de passionnés de technologie connaissaient son existence. Ainsi, le bitcoin avait moins de valeur et son influence financier fût quasiment nulle au début, juste parce que son prix était proche de zéro.

Tutoriel crypto en français pour débutant

Pourtant, avec le temps, sa valeur s’est démultipliée, atteignant des chiffres jusque-là inconcevables pour ce genre d’actif. On ne peut donc pas parler de crypto-monnaies sans évoquer le bitcoin qui a inspiré la création de plusieurs crypto-monnaies aujourd’hui. S’il est vrai que la cryptomonnaie a vu le jour en 2008, il faut cependant savoir que les toutes premières émissions de bitcoin furent le 3 Janvier 2009 à 18h15.

L’émission se réalisa dans le courant de l’année 2009, dans le cadre d’un bloc de 50 BTC aujourd’hui appelé genesis. Toutefois, les origines de la création de la cryptomonnaie sont plus anciennes. Pour savoir sa vraie histoire et le contexte de sa naissance, revenons quelques années en arrière. Découvrons ensemble la première idée des actifs numériques ainsi que leurs précurseurs.

Les véritables origines des cryptomonnaies

Contrairement à ce que pense l’opinion générale, la cryptomonnaie a connu un long processus s’étalant sur plusieurs années. De nombreuses personnes, des chercheurs, des mathématiciens et des passionnés de technologie ont considérablement aidé à faire évoluer positivement la situation de ces nouvelles crypto-monnaies ou monnaies numériques. Hormis Satoshi Nakamoto, qui a créé le bitcoin, on retrouve plusieurs autres noms comme David Chaum et Wei Dai. Aujourd’hui, ont leur attribue le flambeau de précurseurs des cryptomonnaies. Ils ont donc le titre de pionniers cryptographique.

David Chaum

Comme susmentionné, 2008 est une année historique pour les crypto-monnaies. Néanmoins, il faut remonter dans les années 1980 pour découvrir leurs véritables racines. Concrètement, en 1983, le cryptographe américain David Chaum a développé le premier système cryptographique dénommé eCash. Il s’agissait en fait d’un système d’argent électronique ou d’un genre de monnaie électronique cryptographique anonyme. Ce système cryptographique fut utilisé dans un établissement bancaire américain de 1995 à 1998 comme système de micro-paiement.

Le but de ce logiciel était de conserver l’argent sous forme numérique, avec une signature cryptographique de la banque. Le principe de fonctionnement est simple : il est possible de réaliser des transactions auprès de n’importe quel commerçant acceptant l’eCash ; Nul besoin de créer un nouveau compte auprès du distributeur. Même le numéro de carte de crédit est inutile dans le cadre de cette opération. Ainsi, contre toute attente, tout se base sur la nouvelle découverte qui est l’eCash. Cependant, la sûreté de ce dispositif se base sur le principe des signatures numériques à clé publique pour accroître sa solidité cryptographique.

David Chaum a développé en 1995 une nouvelle solution technologique baptisée DigiCash. Ce système repose sur la cryptographie pour assurer la confidentialité des informations transmises par les acteurs des transactions économiques. En réalité, on pourrait dire tout simplement que c’est de cette manière que les crypto-monnaies sont nées.

Wei Dai

Dans le courant de l’année 1998, Wei Dai, ingénieur informatique spécialiste de la cryptographie, publiait un essai où il exposait le concept de “b-money”. Il s’agissait d’un nouveau système anonyme de monnaie électronique distribuée. Wei Dai y présente les principales caractéristiques des systèmes de crypto-monnaies déjà existants. Il décrit la cryptomonnaie comme « un stratagème pour un groupe de pseudonymes numériques introuvables, pour se payer mutuellement avec de l’argent et faire respecter les contrats entre eux sans aide extérieure ».

Dai a présenté dans son essai sur la “b-monnaie” un certain nombre de particularités et de caractéristiques qui constituent encore aujourd’hui, des éléments incontournables des crypto-monnaies en circulation.

B-money, le procès initial

Dans son essai, Dai souligne le besoin impératif du recours à une comptabilité collective avec des protocoles cryptographiques. L’objectif est l’authentification des transactions tout en garantissant une meilleure organisation de celles-ci. Par le biais de cette suggestion, Dai pose les bases de la technologie appelée “blockchain”, qui est aujourd’hui devenue populaire. Par ailleurs, il préconise de privilégier les signatures numériques ou l’utilisation de clés publiques pour exécuter les contrats et également assurer l’authentification des transactions.

Parallèlement aux points évoqués précédemment, l’essai de “b-money” de Dai prévoyait deux possibilités. La première possibilité était de recourir à une fonction de preuve de travail (PoW) pour générer la “b-money”. Mais cette option fut jugée peu pratique. Par contre, la seconde proposition ressemble beaucoup à la structure en blocs que l’on connaît aujourd’hui. Malgré le fait que le projet de la “b-money” soit resté sans lendemain, le travail de Dai reste toutefois reconnu dans le monde de la cryptomonnaie. Par exemple, l’unité la plus petite d’Ethereum s’appelle “WEI”.

Le contexte historique en 2008

En 2008, la crise financière américaine était à son apogée. Partout dans le monde, les gens étaient touchés par cette catastrophe économique. Cette année-là, on a assisté à un moment crucial de l’histoire où les monnaies nationales ont été confrontées à des problèmes de grande envergure. Avec la crise financière américaine, qui a entraîné une dévaluation du dollar, tous les pays du monde ont dû faire face à des bouleversements économiques.

Pour lutter contre l’effondrement des marchés financiers, les gouvernements à travers le monde ont opté pour une politique dite d'”assouplissement quantitatif”. Cette politique prévoyait l’impression massive de billets de banque pour alimenter les économies. L’objectif était de fournir aux populations des liquidités suffisantes pour échapper à une nouvelle “Grande Dépression”.

Les difficultés rencontrées par les banques suite à la dépréciation de la monnaie et à la chute des taux d’intérêt ont poussé les gouvernements à intervenir. Ils ont dû les secourir, bien évidemment en puisant dans les fonds publics. Le résultat fût naturellement une nouvelle diminution de la masse monétaire en jeu.

Au final, les taux d’intérêts bas et le sauvetage des banques par les gouvernements ont fait profiter les banques responsables du crash financier. C’est dans ce contexte que Satoshi Nakamoto fut inspiré.

Satoshi Nakamoto et le bitcoin

Satoshi Nakamoto - les prouesses cryptographiques de Nakamoto et l'apparition du bitcoin
Satoshi Nakamoto – les prouesses cryptographiques à l’apparition du bitcoin

Qui est Satoshi Nakamoto ?

Pour expliquer les origines exactes du bitcoin, il est intéressant de découvrir qui est Satoshi Nakamoto. L’histoire de ce dernier se confond avec celle du bitcoin.

À ce jour, on ignore toujours la réelle identité de Satoshi. Si on s’en tient à ses propres déclarations de 2012, c’était un homme âgé de 37 ans résidant au Japon. Il existe toutefois de sérieux doutes quant à cette affirmation. Ses écrits sont par exemple très bien rédigés en anglais courant. De plus, la documentation du logiciel Bitcoin n’est pas en japonais. Par conséquent, tout porte à croire qu’il n’est pas réellement japonais.

Dans sa volonté de retrouver Satoshi, un codeur suisse a étudié les horaires de publication des messages de Satoshi sur les forums Bitcoin. Il a pu ainsi constater que ses heures de publication les plus fréquentes coïncidaient avec l’horaire de sommeil normal de quelqu’un qui vit en Amérique du Nord. Les interrogations subsistent et nul ne peut affirmer avec certitude la véritable identité de Satoshi Nakamoto.

Peut-être que le créateur du bitcoin sera un jour connu, peut-être qu’il s’agit d’une équipe de personnes qui travaillent conjointement. Peu importe son identité, une chose reste certaine ; la ou les personnes à l’origine du Bitcoin détiennent environ un million de bitcoins. En décembre 2017, ce chiffre représentait près de 14 milliards de dollars.

La création des cryptomonnaies

Une dizaine d’années ont passé après l’essai “b-money” de Wei Dai. Nous sommes en 2008 en pleine crise financière mondiale. Satoshi Nakamoto, au vu de la situation du secteur financier, décide de mettre en place une force perturbatrice. Il a voulu inventer quelque chose de nouveau, qui puisse révolutionner notre conception de l’argent.

Meilleure chaîne youtube en français sur la crypto-monnaie.

Cet individu ou ce groupe d’individus dont la vraie identité reste méconnue, a publié le 1er novembre, un livre blanc consacré au projet du Bitcoin. Il a été publié sur le site de la fondation P2P (Peer to Peer). Ainsi, il expose sa nouvelle vision du système de la monnaie électronique dans son document intitulé “Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic Cash System”.

De cette manière, le monde entier a pu découvrir le Bitcoin et la naissance des crypto-monnaies. Par la suite, le 3 janvier 2009, le Bitcoin a vu officiellement le jour dans le cadre du premier bloc de 50 BTC baptisé “Genesis”. Conformément à la vision de Satoshi Nakamoto, un logiciel open source a été développé et diffusé. Le réseau P2P a ensuite été construit sur cette base. De ce fait, le Bitcoin est une crypto-monnaie numérique au format P2P.

Le désir de créer une monnaie totalement décentralisée

Satoshi Nakamoto - les cryptomonnaies et la décentralisation de la finance
Satoshi Nakamoto – les cryptomonnaies et la décentralisation de la finance

En extention, Satoshi voulait créer une nouvelle forme de monnaie qui soit totalement décentralisée et accessible à tous. Pas de banque centrale qui la contrôle, pas de systèmes de transfert et pas de petit cercle de personnes qui décide de l’utilisation de la monnaie. En fait, le principe de cette décentralisation est le suivant : tout le monde est impliqué dans l’économie du bitcoin et joue un rôle prépondérant.

C’est tout l’inverse du contrôle exercé par une banque centrale sur la valeur du bitcoin et la quantité de bitcoin mise à disposition dans l’économie. Ainsi, aucune administration, banque ou intermédiaire peut décider de l’utilisation du bitcoin ; ce dernier est donc détenu exclusivement par ceux qui l’utilisent.

Le bitcoin, la première crypto célèbre

Ce modèle choisi pour cette cryptomonnaie est un système de paiement décentralisé. À cet effet, à la différence des autres monnaies classiques à cours légal (” les monnaies fiduciaires “), le bitcoin ne repose pas sur un organisme central d’émission. Au contraire, il est le fruit de calculs basés sur des algorithmes qui relèvent des nœuds du réseau. Grâce à cela, la monnaie circule partout dans le monde. Elle est disponible sur tout ordinateur connecté et n’importe qui est en droit de lancer sa production à travers le “minage“.

Comment Satoshi l’a fait

Satoshi est loin d’être la première personne à s’intéresser à la problématique de la monnaie numérique autonome et décentralisée. Avant 2008, de nombreux cryptographes et codeurs s’y sont frottés durant de nombreuses années. Dans une économie bancaire normale telle que nous la connaissons, lorsque l’on paie quelqu’un, la banque prélève l’argent sur notre compte et l’ajoute au compte du destinataire.

Le problème ici est qu’il n’y a pas de banques dans le système décentralisé. De ce fait, le grand livre décentralisé est très exposé à des attaques. Il s’agissait là de l’obstacle majeur pour la création d’une crypto-monnaie viable. Les fraudeurs auraient trop de facilité à modifier le grand livre ou à dépenser une monnaie numérique plusieurs fois avant que le réseau ne s’en aperçoive.

Le génie et la créativité de Satoshi furent donc l’invention de la technologie connue maintenant au nom de “Blockchain“. Cette technologie assure la sécurisation du grand livre grâce à l’utilisation d’horodateurs et de nombreux processeurs informatiques décentralisés, ainsi que de la cryptographie.

Peu importe où l’on se trouve dans le monde, on peut miner, vendre, acheter ou recevoir des bitcoins. Avec le système de base de données distribuée, constituée par les nœuds du réseau P2P, il devient plus facile d’enregistrer et de vérifier les transactions par le biais d’une conception cryptographique garantissant la protection de chaque aspect des échanges. Le Bitcoin est une monnaie numérique issue de la combinaison de codes informatiques complexes générés par un ordinateur.

La cryptomonnaie, des offres de plus en plus nombreuses

Après la mise sur pied du bitcoin, qui se voulait initialement une monnaie numérique utilisable pour réaliser des opérations d’achat en ligne, on a assisté à une croissance extrêmement rapide du marché des cryptoactifs. Il en a résulté la naissance de nombreuses autres crypto-monnaies, qui n’ont pas forcément connu le succès du Bitcoin. En voici quelques-unes :

  • 2011 : Litecoin (LTC) et Namecoin (NMC).
  • 2012 : Ripple (XRP) et Peercoin (PPC).
  • 2013 : Dogecoin (DOGE).
  • 2014 : MaidSafeCoin (MAID), Dash (DASH), Monero (XMR), BitShares (BTS), SolarCoin (SLR).
  • 2015 : Ether (ETH).

Aimez-vous ce blog ?

Cliquez sur 5 étoiles pour noter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Soyez la/le premier(e) à voter

Si vous avez trouvé ce post utile...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire