Pratiques illégales et interdites en dropshipping et E-commerce

5
(1)

Dans le E-commerce et le dropshipping, il y a énormément d’erreurs et pratiques qui peuvent être considérées comme de la fraude. Il est hors de question de ne pas respecter le code du commerce, que vous soyez basé en France ou dans tout autre pays. Voici une liste des règles que vous devez absolument respecter et hélas, que peu de dropshippers respectent.

En suivant ces règles, vous contribuerez à un e-commerce et dropshipping sain. Vous éviterez aussi de nombreux problèmes avec la justice et les lois. Respectez ces règles et vos clients. Vous pouvez appronfondir cette liste en vous référant au code du commerce et aux sites officiels des pays où vous êtes déclaré et où se trouvent vos clients.

Cet article est rédigé dans l’objectif de mettre en garde les entrepreneurs et créer des activités saines. Nous ne sommes ni juristes, ni avocats, simplement des entrepreneurs qui cherchons à prévenir sur les risques liés à ce genre de pratique.

CZ et Frank Houbre de Binance qui montrent comment s'inscrire à une plateforme française de crypto-monnaie
La justice s'applique aux vendeurs en dropshipping.

Quelles sont les principales pratiques illégales en dropshipping ?

Les pratiques illégales les plus courantes dans le dropshipping sont la vente de produits contrefaits ou illégaux, la violation des droits d’auteur en utilisant des images ou des descriptions de produits sans autorisation, et la vente de produits à des prix supérieurs aux prix de gros. Il est également illégal de ne pas informer les consommateurs que vous utilisez une méthode de dropshipping pour la vente de produits. Il est important de se conformer aux lois et réglementations en vigueur dans votre pays et de respecter les droits des propriétaires de marques et de propriété intellectuelle.

Voici une liste des pratiques illégales courantes dans le dropshipping :

  • Vente de produits contrefaits ou illégaux.
  • Violation des droits d’auteur en utilisant des images ou des descriptions de produits sans autorisation.
  • Fausse promotion ou faux compteur.
  • Non-respect de la réglementation en matière de vente à distance.
  • Non-respect des règles de concurrence.
  • Non-disclosure de l’utilisation d’une méthode de dropshipping pour la vente de produits.
  • Utilisation de descriptions ou d’images trompeuses pour vendre des produits.
  • Non-respect des garanties légales.
  • Non-respect des règles de protection des données personnelles, RGPD, Spam.
  • Non-respect des normes de sécurité et d’hygiène pour certains produits.
  • Fausses promesses.
  • Ne pas payer la TVA et frais de douane.
  • Ne pas être déclaré.
  • Vente à des prix excessifs.
  • Mentir sur les délais de livraison.

Il est important de souligner que ces pratiques peuvent varier selon les lois et réglementations en vigueur dans votre pays et celui des clients. Il est donc important de se tenir informé des lois et réglementations applicables à votre activité de dropshipping afin de les respecter.

Pourquoi vendre des produits contrefaits ou illégaux est interdit ?

Vendre des contrefaçons en France est illégal car cela constitue une violation des droits de propriété intellectuelle (DPI) tels que les marques, les brevets et les dessins et modèles. Les propriétaires de marques, de brevets et de dessins et modèles ont des droits exclusifs sur leur propriété intellectuelle et ont le droit de s’opposer à toute utilisation non autorisée de leur propriété intellectuelle.

En France, la vente de contrefaçons est réprimée par le Code de la propriété intellectuelle (CPI) qui prévoit des sanctions pénales et administratives pour les contrefacteurs. Les sanctions pénales peuvent aller jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende. Les sanctions administratives peuvent inclure des pénalités financières et la fermeture de l’entreprise.

En outre, la vente de contrefaçons peut causer des préjudices économiques importants aux propriétaires légitimes de marques, de brevets et de dessins et modèles, car cela peut entraîner une perte de leur part de marché et une réputation négative. Il peut également causer des dommages à la santé et à la sécurité des consommateurs, car les contrefaçons peuvent ne pas respecter les normes de qualité et de sécurité en vigueur.

En somme, vendre des contrefaçons est illégal car cela viole les droits de propriété intellectuelle, est passible de sanctions pénales et administratives et peut causer des préjudices économiques et sociaux importants. Il est donc important de se conformer aux lois et réglementations en vigueur en matière de propriété intellectuelle et de ne vendre que des produits légaux et authentiques.

Pourquoi respecter le droit d’auteur et demander des autorisations pour l’exploitation de photos ?

Il y a plusieurs façons dont les entrepreneurs peuvent violer le droit d’auteur en utilisant des images sur leur site internet. Voici quelques exemples courants:

  • Utilisation non autorisée d’images trouvées sur internet : de nombreux entrepreneurs utilisent des images trouvées sur internet sans vérifier s’ils ont le droit de les utiliser. Cependant, la plupart des images trouvées sur internet sont protégées par le droit d’auteur et ne peuvent pas être utilisées sans autorisation.
  • Modification d’images sans autorisation : certains entrepreneurs peuvent utiliser des images protégées par le droit d’auteur en les modifiant, mais cela peut également violer les droits d’auteur si l’on ne possède pas l’autorisation pour cette modification.
  • Utilisation d’images de tiers sans créditer l’auteur : certains entrepreneurs peuvent utiliser des images de tiers sur leur site internet sans créditer l’auteur, ce qui est également contraire aux droits d’auteur.
  • Utilisation d’images pour lesquelles on a payé une licence d’utilisation limitée : certains entrepreneurs peuvent avoir acheté une licence pour utiliser une image, mais cette licence peut être limitée dans le temps ou dans l’utilisation (par exemple: seulement pour une utilisation sur un support papier) et ne pas être valable pour une utilisation sur un site internet.

Il est important de se rappeler que le droit d’auteur est automatiquement protégé dès la création de l’œuvre. Il est donc crucial de s’assurer que l’on a l’autorisation de l’auteur ou de la personne qui détient les droits d’utilisation avant d’utiliser une image sur un site internet. Il est également important de respecter les termes de la licence d’utilisation, si une licence d’utilisation a été achetée. Il existe des banques d’images ou des plateformes où il est possible d’acheter des images libres de droits pour une utilisation commerciale.

La vente des produits à des prix et marges excessives

Il n’est pas illégal de vendre des produits à des prix plus élevés que ceux que vous avez payés pour les acheter, mais il est illégal de pratiquer des prix excessifs. La pratique de prix excessifs est considérée comme une forme de concurrence déloyale et peut être passible de poursuites pénales et administratives.

Dans le cas d’une montre achetée à 5 euros et revendue à 5000 euros, cela pourrait être considéré comme une pratique de prix excessifs car il s’agit d’une augmentation significative et injustifiée du prix de vente. Cela pourrait être considéré comme trompeur pour les consommateurs et causer des préjudices économiques importants aux autres entreprises qui vendent des montres similaires à des prix raisonnables.

Il est important de noter que les autorités de la concurrence peuvent enquêter sur les pratiques de prix excessifs et infliger des sanctions administratives et/ou pénales aux entreprises qui les pratiquent. Les sanctions administratives peuvent inclure des pénalités financières et la fermeture de l’entreprise.

Il est donc important de se conformer aux lois et réglementations en vigueur en matière de concurrence et de ne pas pratiquer des prix excessifs. Il est recommandé de consulter un avocat ou un expert-comptable pour s’assurer que vos pratiques de prix respectent les règles de concurrence.

Une montre en dropshipping.

L’utilisation de fausses promotions de prix ou d’un faux compteur pour une offre limitée

Il n’est pas permis de créer une promotion qui ne se termine jamais ou de créer de fausses promotions car cela peut être considéré comme une pratique commerciale trompeuse. Les pratiques commerciales trompeuses sont interdites par la législation française et européenne.

Les promotions sont souvent utilisées pour inciter les consommateurs à acheter des produits ou des services. Les consommateurs peuvent utiliser les informations sur les promotions pour prendre des décisions d’achat informées. Si les informations sur les promotions sont fausses ou trompeuses, les consommateurs peuvent être induits en erreur et prendre des décisions d’achat qui ne correspondent pas à leurs intérêts.

En outre, créer une promotion qui ne se termine jamais ou une fausse promotion peut causer des préjudices économiques importants aux autres entreprises qui respectent les règles de concurrence.

En France, les pratiques commerciales trompeuses peuvent être poursuivies par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) qui peut infliger des sanctions administratives et/ou pénales. Les sanctions administratives peuvent inclure des pénalités financières et la fermeture de l’entreprise.

Il est donc important de respecter les règles de concurrence et de ne pas utiliser des pratiques commerciales trompeuses pour vendre des produits ou des services. Il est recommandé de consulter un avocat ou un expert-comptable pour s’assurer que vos pratiques commerciales respectent les règles de concurrence.

Non-respect de la réglementation en matière de vente à distance

Le non-respect de la réglementation en matière de vente à distance désigne l’incapacité à respecter les lois et réglementations spécifiques qui régissent les ventes à distance, comme les ventes en ligne ou par correspondance. Il existe plusieurs exemples de non-respect de la réglementation en matière de vente à distance :

  • Ne pas fournir aux consommateurs les informations requises avant la conclusion de la vente : Selon la réglementation française, les entreprises doivent fournir aux consommateurs des informations détaillées sur les produits ou services qu’elles vendent, comme les caractéristiques, les prix et les modalités de paiement avant la conclusion de la vente.
  • Ne pas respecter les délais de rétractation : Selon la réglementation française, les consommateurs ont le droit de se rétracter d’une vente à distance dans un délai de 14 jours après la réception de leur commande. Les entreprises doivent informer les consommateurs de ce droit et respecter les délais de rétractation.
  • Ne pas respecter les normes de sécurité et d’hygiène pour certains produits : Selon la réglementation française, les entreprises doivent respecter les normes de sécurité et d’hygiène pour certains produits, comme les jouets, les vêtements et les produits alimentaires.
  • Ne pas respecter les normes de protection des données personnelles : Selon la réglementation française, les entreprises doivent respecter les normes de protection des données personnelles en collectant, utilisant et stockant les informations des consommateurs de manière responsable.

Non-respect des règles de concurrence

Le non-respect des règles de concurrence désigne tout comportement illégal ou anticoncurrentiel qui entrave ou distord la concurrence loyale sur un marché. Cela peut inclure des pratiques telles que la fixation illégale des prix, l’entente illégale entre les entreprises pour fixer les prix ou partager le marché, la discrimination illégale des clients ou des fournisseurs, ou l’abus de position dominante sur un marché. Ces pratiques peuvent avoir des conséquences négatives pour les consommateurs, les entreprises et l’économie en général.

Voici quelques exemples de comportements qui peuvent violer les règles de concurrence:

  • Une entente illégale entre deux entreprises pour fixer les prix, ce qui réduit la concurrence et peut entraîner des prix plus élevés pour les consommateurs.
  • L’abus de position dominante, c’est-à-dire l’utilisation de la position dominante d’une entreprise sur un marché pour éliminer la concurrence ou imposer des conditions défavorables aux concurrents.
  • La discrimination illégale entre les clients ou les fournisseurs, par exemple en offrant des conditions de vente différentes à des clients similaires ou en refusant de vendre à certains clients.
  • La pratique de dumping, c’est-à-dire la vente de produits à un prix inférieur au coût de revient ou au prix de vente sur le marché domestique pour éliminer la concurrence.
  • La pratique de subventions illégales, c’est-à-dire l’octroi de subventions publiques à une entreprise qui lui permet de maintenir des prix inférieurs à ceux des concurrents.

Non-disclosure de l’utilisation d’une méthode de dropshipping pour la vente de produits

Il est très fortement recommandé de mentionner explicitement que vous utilisez la méthode de dropshipping pour livrer les produits à vos clients. Cela permet aux clients de comprendre comment les produits leur sont livrés et peut également aider à gérer leurs attentes en termes de délai de livraison et de traitement des retours.

Il existe des exigences légales pour mentionner certaines informations spécifiques à propos de dropshipping en fonction de la juridiction où vous opérez, il est donc important de vérifier les lois et réglementations locales pour vous assurer que vous respectez toutes les exigences en matière de transparence commerciale.

Il est également important de vous assurer que vous respectez les politiques de la plateforme sur laquelle vous vendez les produits, si vous utilisez une plateforme de commerce électronique pour vendre vos produits.

En générale, il est préférable d’être transparent avec vos clients sur les détails de votre processus d’expédition, cela contribuera à renforcer la confiance de vos clients envers votre entreprise.

Utilisation de descriptions ou d’images trompeuses pour vendre des produits

Il est illégal d’utiliser des images et descriptions trompeuses sur votre boutique de dropshipping pour plusieurs raisons. Tout d’abord, cela peut constituer une forme de publicité trompeuse, qui est interdite par les lois sur la concurrence déloyale et la publicité. Les images trompeuses peuvent induire les consommateurs en erreur en leur faisant croire qu’ils achètent un produit différent de celui qui leur est livré, ce qui peut causer de la frustration et de la colère.

De plus, utiliser des images trompeuses pour vendre des produits peut violer les politiques de la plateforme sur laquelle vous vendez les produits, et cela peut entraîner la suspension ou la suppression de votre compte.

Enfin, utiliser des images trompeuses peut également violer les droits d’auteur et les marques déposées en utilisant des images sans autorisation.

Il est donc important de s’assurer que les images utilisées pour représenter les produits que vous vendez sont exactes et ne trompent pas les consommateurs. Il est préférable de utiliser les images fournies par les fournisseurs ou de prendre des photos des produits vous-même pour s’assurer de leur conformité.

Non-respect des garanties légales

Le non-respect des garanties légales de vente en dropshipping se réfère aux cas où un vendeur ne respecte pas les garanties légales qui s’appliquent à la vente de produits aux consommateurs. Ces garanties légales peuvent varier selon la juridiction, mais elles incluent généralement des garanties telles que :

  • La garantie de conformité: qui stipule que les produits doivent être conformes à la description donnée et aux indications figurant sur l’emballage et sur les étiquettes, et qu’ils doivent être aptes à l’utilisation normale pour laquelle ils sont destinés.
  • La garantie contre les vices cachés: qui stipule que les produits doivent être exempts de défauts cachés qui les rendent impropres à l’utilisation, dangereux ou qui en diminuent considérablement la valeur.

En tant que vendeur en dropshipping, il est de votre responsabilité de vous assurer que les produits que vous vendez répondent aux exigences légales en matière de garantie, même si vous n’êtes pas le fabricant ou le fournisseur des produits. Il est important de vérifier les politiques des fournisseurs pour s’assurer qu’ils couvrent les garanties légales, et d’informer les clients de ces garanties. Si un client signale un problème avec un produit, vous devez travailler avec le fournisseur pour résoudre le problème et remplir vos obligations légales en matière de garantie.

Non-respect des règles de protection des données personnelles, RGPD, Spam

Le non-respect des règles de protection des données personnelles en dropshipping se réfère aux cas où un vendeur ne respecte pas les règles relatives à la collecte, l’utilisation et la divulgation des données personnelles des consommateurs. Ces règles varient selon la juridiction, mais elles incluent généralement des exigences telles que :

  • La collecte de données personnelles doit être légitime et doit être effectuée dans le respect de la vie privée des consommateurs
  • Les consommateurs doivent être informés de la collecte de leurs données personnelles et doivent donner leur consentement pour cette collecte
  • Les données personnelles doivent être utilisées uniquement pour les finalités pour lesquelles elles ont été collectées
  • Les données personnelles doivent être protégées contre toute utilisation non autorisée ou toute divulgation non autorisée

En tant que vendeur en dropshipping, il est de votre responsabilité de vous assurer que vous respectez les règles de protection des données personnelles en vigueur dans votre juridiction. Il est important de mettre en place des politiques de confidentialité et de sécurité adéquates pour protéger les données personnelles des consommateurs, et de les informer de la façon dont vous utiliserez leurs données. Il est également important de s’assurer que les fournisseurs avec lesquels vous travaillez respectent également les règles de protection des données personnelles. Si un client signale un problème de protection des données, vous devez prendre des mesures pour résoudre le problème et remplir vos obligations légales en matière de protection des données personnelles.

Il est interdit de spammer.

Non-respect des normes de sécurité et d’hygiène pour certains produits

Le non-respect des normes de sécurité et d’hygiène pour certains produits en dropshipping se réfère aux cas où un vendeur ne respecte pas les normes de sécurité et d’hygiène qui s’appliquent aux produits qu’il vend. Ces normes peuvent varier selon le type de produit et la juridiction, mais elles incluent généralement des exigences telles que :

  • Les produits alimentaires doivent être sûrs pour la consommation humaine et doivent être fabriqués, emballés et étiquetés conformément aux normes d’hygiène et de sécurité alimentaire en vigueur.
  • Les produits cosmétiques doivent être sûrs pour l’utilisation humaine et doivent être fabriqués, emballés et étiquetés conformément aux normes de sécurité et d’hygiène en vigueur.
  • Les produits pharmaceutiques doivent être sûrs pour l’utilisation humaine et doivent être fabriqués, emballés et étiquetés conformément aux normes de sécurité et d’hygiène en vigueur.
  • Les produits de jouets doivent être sûrs pour les enfants et doivent être fabriqués, emballés et étiquetés conformément aux normes de sécurité et d’hygiène en vigueur.

En tant que vendeur en dropshipping, il est de votre responsabilité de vous assurer que les produits que vous vendez répondent aux exigences de sécurité et d’hygiène en vigueur dans votre juridiction.

Fausses promesses et fausses caractéristiques des produits vendus

Il est illégal de mentir sur les résultats ou les caractéristiques des produits que vous vendez sur votre site internet. Cela peut être considéré comme de la publicité mensongère, qui est illégale dans de nombreux pays. Il est important de ne jamais faire de déclarations fausses ou trompeuses sur les produits que vous vendez, car cela peut entraîner des poursuites judiciaires et des dommages à votre réputation d’entreprise. Il est préférable de se baser sur les informations fournies par les fournisseurs et de les présenter de manière honnête et transparente. Il est également important de respecter les réglementations locales en matière de publicité et de vente de produits.

Ne pas payer la TVA et frais de douane

Il est généralement nécessaire de payer les frais de TVA et de douane lors de l’importation de produits en dropshipping. Les règles varient selon les pays et il est important de vérifier les exigences fiscales et douanières applicables à votre situation. En général, en tant qu’importateur, vous êtes responsable de payer les taxes et les droits de douane applicables à vos importations. Il est important de s’informer et de respecter les réglementations fiscales et douanières en vigueur dans votre pays et de les inclure dans vos prix de vente pour éviter tout problème.

l est illégal de ne pas payer les frais de TVA et de douane en dropshipping car cela enfreint les lois fiscales et douanières en vigueur dans votre pays. Les taxes sur la valeur ajoutée (TVA) et les droits de douane sont des impôts qui sont perçus pour financer les dépenses publiques et soutenir les entreprises locales. Les règles et les taux de ces impôts varient selon les pays et il est important de se conformer aux exigences fiscales et douanières en vigueur pour éviter des poursuites judiciaires et des pénalités. En ne payant pas les taxes et les droits de douane, vous pourriez également mettre en péril votre entreprise et sa réputation.

Attention aux taxes et douanes.

Ne pas être déclaré et avoir créé son activité

Il est illégal de vendre des produits en dropshipping sans être déclaré car cela enfreint les lois fiscales et commerciales en vigueur dans votre pays. Les entreprises doivent généralement s’enregistrer auprès des autorités fiscales et respecter les exigences en matière de déclaration de revenus et de paiement des impôts. Les entreprises doivent également respecter les normes de qualité, de sécurité et de conformité des produits en vigueur dans leur pays. Les entreprises qui opèrent en dehors des lois et réglementations peuvent être poursuivies et risquent des sanctions et des pénalités financières.

Pour vendre des produits en dropshipping en France, vous devez vous enregistrer en tant qu’auto-entrepreneur ou créer une entreprise auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) ou de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA). Une fois enregistré, vous devez respecter les exigences fiscales et comptables en vigueur en France, comme déclarer vos revenus et payer les impôts appropriés.

Mentir sur les délais de livraison

Il est illégal de mentir sur les délais de livraison pour votre boutique de dropshipping car cela peut être considéré comme une pratique commerciale trompeuse et illégale. Les consommateurs ont le droit de recevoir les produits qu’ils achètent dans les délais promis, et ils ont également le droit de recevoir des informations exactes sur les délais de livraison avant de passer une commande.

Si vous inventez des délais de livraison plus courts que ceux réellement prévus, vous risquez de ne pas être en mesure de respecter ces délais, ce qui peut entraîner des retours et des demandes de remboursement de la part des clients mécontents. Cela peut également endommager votre réputation auprès des consommateurs et de la communauté en ligne, et entraîner des poursuites judiciaires pour publicité mensongère.

Enfin, si vous ne respectez pas les délais de livraison annoncés, vous pouvez être considéré comme en violation des lois de protection des consommateurs et risquez des sanctions financières et juridiques. Il est donc important d’être transparent et honnête quant aux délais de livraison pour éviter tout problème.

Quels sont les risques pour l’entrepreneur ?

En France, si vous faites du dropshipping illégalement, vous risquez des poursuites judiciaires et des sanctions pénales et/ou administratives. Les sanctions pénales peuvent inclure des peines d’emprisonnement et des amendes, tandis que les sanctions administratives peuvent inclure des pénalités financières et la fermeture de votre entreprise.

Il est important de noter que la vente de produits contrefaits est passible de poursuites pénales et peut entraîner des peines de prison allant jusqu’à trois ans et des amendes pouvant aller jusqu’à 300 000 €. La violation des droits d’auteur peut également entraîner des poursuites pénales et des sanctions civiles.

En outre, si vous ne respectez pas les règles de concurrence, vous pouvez être poursuivi par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) qui peut infliger des sanctions administratives et/ou pénales.

Il est donc important de respecter les lois et réglementations en vigueur en France et de se conformer aux exigences légales pour éviter toute poursuite judiciaire et toute sanction pénale ou administrative. Il est recommandé de consulter un avocat ou un expert-comptable avant de se lancer dans l’activité de dropshipping.

Comment faire pour être en règle dans le dropshipping et le e-commerce ?

Pour être en règle dans le dropshipping et le e-commerce, il est important de respecter les lois et réglementations en vigueur dans votre pays, notamment en matière de fiscalité, de vente en ligne, de protection des consommateurs, de conformité des produits et de respect des délais de livraison. Voici quelques étapes qui peuvent vous aider à respecter les règles :

  • S’enregistrer en tant qu’entreprise auprès des autorités fiscales et commerciales appropriées.
  • Se tenir informé des réglementations fiscales et douanières en vigueur en matière d’importation de produits.
  • S’assurer que les produits que vous vendez sont conformes aux normes de qualité et de sécurité en vigueur dans votre pays.
  • Fournir des informations claires et exactes sur les produits, y compris les caractéristiques, les prix et les délais de livraison.
  • Respecter les délais de livraison annoncés et informer les clients en cas de retard.
  • Traiter les demandes de retour et de remboursement de manière équitable et conformément aux lois de protection des consommateurs en vigueur.
  • Consulter des professionnels tels que des avocats ou des comptables pour vous assurer que vous respectez les réglementations en vigueur.

Vous devez donc respecter le code du commerce. Il existe plusieurs façons de lire le Code de Commerce français :

  • Vous pouvez télécharger une copie numérique du Code de Commerce sur le site web du gouvernement français.
  • Vous pouvez consulter une version en ligne du Code de Commerce sur le site web de la Bibliothèque nationale de France.
  • Vous pouvez acheter une copie physique du Code de Commerce auprès d‘un éditeur juridique ou d’une librairie spécialisée.

Il est également possible de consulter des commentaires et des annotations sur le Code de Commerce pour mieux comprendre les dispositions législatives. Il est important de noter que le Code de Commerce est un document très volumineux et il peut être utile de se concentrer sur les parties qui sont pertinentes pour votre activité commerciale. Il est donc recommandé de consulter des professionnels, tels que des avocats ou des comptables, pour vous aider à comprendre les dispositions législatives qui s’appliquent à votre entreprise.

Aimez-vous ce blog ?

Cliquez sur 5 étoiles pour noter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes 1

Soyez la/le premier(e) à voter

Si vous avez trouvé ce post utile...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

CZ et Frank Houbre de Binance qui montrent comment s'inscrire à une plateforme française de crypto-monnaie

Laisser un commentaire