Qui est Frank Houbre à votre avis ?

On m’a demandé de parler un peu de mon parcours pour vous dire qui est Frank Houbre (moi-même). Je vais vous parler avec plaisir de mes débuts en création d’entreprise, mes problèmes, mes réussites et mes projets ! Bonne lecture !

Mes projets, mes entreprises et ambitions professionnelles

Dès l’âge de 14 ans, j’ai rapidement eu l’envie de vivre de ma plus grande passion : la guitare. J’ai décidé de travailler énormément pour gagner un niveau me permettant de devenir guitariste professionnel. Pour autant, je savais que cet environnement serait très concurrentiel, difficile et que j’allais en baver. Quand je me lance dans un projet, j’ai toujours un plan B, un plan C et même un plan D. Ainsi, j’ai décidé de faire des études tout en menant à bien ce projet.

Est-ce que je me sers de ce que j’ai appris à l’école ? Je dirais peut-être de 10% de ma formation. Par contre, cela m’a permis d’apprendre à apprendre et c’est la clé pour réussir en tant qu’entrepreneur. Un entrepreneur doit toujours se former, continuer à apprendre, suivre des formations, séminaires, lire des livres, etc. Attention à aussi passer à l’action ! Je vois beaucoup de personnes qui ne cessent de se former en croyant qu’ils vont accéder à chaque fois à une formation encore plus dingue, secrète et magique. Il n’y a pas de secret, on a juste des manières différentes d’accéder à un potentiel de réussite. Quoi qu’il se passe il faut apprendre, travailler, tester, analyser ses données non-stop et réussir à optimiser ses résultats et continuer en ce sens.

J’ai donc fait différentes formations dont je n’ai d’ailleurs jamais récupéré les diplômes :

  1. 2009: Obtention d’un Bac scientifique par amour des mathématique avec une spécialité des sciences de l’ingénieur.
  2. 2009 – 2011 : Après m’être fait insulter par quelques professeurs qui désiraient que je devienne ingénieur parce que  » c’est le futur, tu dois faire une prépa ! « , je décide de faire un DUT informatique à Illkirch en Alsace. Pourquoi ? Parce que j’aime l’informatique, ça embauchera toujours et ça peut-être pratique pour me créer un site. Mais aussi parce qu’un DUT laisse énormément de temps pour pratiquer la musique et mener à bien mes projets. J’en profite pour faire un stage de création d’un site de e-commerce de guitare pendant 2 mois. J’ai joints l’utile à l’agréable… Je donne en même temps des cours de guitare et que je crée Sinyris, un projet de « one man band » où j’enregistre mes propres compositions de A à Z.
  3. 2011 – 2012 : Franchement, j’ai détesté la fin de ma deuxième année même si j’adore étudier. Autant j’adore internet, la création de site etc, autant j’exècre la création logiciel. Je décide de me ré-orienter et faire une licence pro dans l’audiovisuel à Haguenau. La plus belle année d’étude de ma vie ! J’ai appris tant bien à faire de la rédaction pour les journaux, des techniques de cadrage, du graphisme… Bref, c’était l’année parfaite pour devenir plutôt webdesigner en cas d’échec qu’informaticien. Je lance alors mon projet d’enseignement de la guitare nommé Ambryon qui est un fiasco. Je fais un parallèle un stage de 4 mois dans la société Fisiky (actuellement Fizzup) dont je salue l’équipe et mon tuteur qui m’ont permis de me dire que oui, c’est possible de lancer une start-up et de réussir ! Je crée aussi une auto-entreprise dans l’audiovisuel. J’y démarche mes premiers clients.
  4. 2012 – 2013 : Bon, c’est chouette de faire de l’audiovisuel mais il faut dire une chose, c’est un monde ultra-difficile. Ceux qui réussissent à en vivre sont des héros, sérieusement. Le nombre de fois où un client m’a lâché au dernier moment pour un tournage parce qu’au final son beau-frère avait une caméra et qu’il ferait très bien l’affaire me rend dingue. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, j’étais un lapin de 6 semaines dans l’entrepreneuriat et que je baissais mes prix au lieu de les augmenter. Je continue alors mes études (oui, c’est possible en faisant du forcing après une licence professionnelle). J’intègre l’école des Mines à Nancy pour un Master 1 de designer global. J’avais aucune idée où j’allais mettre les pieds mais ça me permettrait d’avoir du temps pour continuer à faire de la presta et peut-être une école de guitare en ligne ? Fin de cette année, j’intègre un programme PEPITE au PEEL qui me permet de faire un stage de 6 mois sur la création de MyMusicTeacher. Au menu : concours, coaching personnalisé, cours de marketing, de droit, de création d’entreprise, rencontre de chefs d’entreprise, etc. Le projet de cours de guitare prend de l’ampleur et intéresse. On rafle des concours et on commence à intéresser les investisseurs mais la route est encore longue. J’obtiens un certificat de créateur d’entreprise ainsi que de management à l’international à HES Fribourg, formé par quelques éminents chercheurs en marketing et création d’entreprise.
  5. 2013 – 2014 : Devinez quoi ? J’ai encore changé de parcours d’étude… Je passe de mon master 1 de designer à un master 2 de manager de l’innovation à l’ENSGSI de Nancy. Au cas où, le mot « master » fait peur mais c’était aussi difficile que de passer un brevet des collèges dans ce domaine, les cours sont sympathiques mais il faut vraiment avoir un poil dans la main pour ne pas s’en tirer avec une bonne moyenne. Je fais à nouveau 6 mois de stage dans la même structure, le PEEL. Je suis déterminé à lancer MyMusicTeacher avec mon associé. La société est crée sous la forme d’une SAS en octobre 2014. Mes statuts m’obligent à me consacrer exclusivement à cette société et d’abandonner mes autres activités pendant 4 ans. Je ferme ainsi mon auto-entreprise et me consacre à cette société qui supportera toutes mes activités (cours de guitare en ligne mais aussi e-commerce et dropshipping).
  6. 2015 : je monte un dossier pour récolter des fonds. Investisseurs, business angels, programme d’innovation BPI, etc. Je lève au total plus de 300000€ pour financer notre programme, des emplois et mettre les bouchées doubles. On continue les concours, à passer à la télé, etc.
  7. 2016 : on inclue d’autres stratégies dans la société notamment en lien avec le e-commerce et le fameux dropshipping. Des tests sont faits de mon côté sur des projets déconnectés de la musique pour tester la viabilité du concept puis sont injectés directement dans MyMusicTeacher (la fameuse carte à gratter, les produits sur le vin, les accessoires de guitare, les ukulélés etc).
  8. 2017 : l’année se déroule avec des très hauts comme des très bas, ainsi va la vie d’un entrepreneur. Je continue de gérer MyMusicTeacher avec mon associé tout en déléguant un maximum de tâches et je décide d’exploiter toutes ces techniques utilisées dans mes projets à succès dans de nouveaux concepts (Ukulele-Masterclass, BeatTheRhythm, BusinessDynamite). Je deviens aussi professeur vacataire à l’université de Lorrain à l’IUT de Metz pour des licence pro en marketing.

Je suis convaincu que les entrepreneurs ont la force de changer le monde mais qu’une grande partie entre dans l’entrepreneuriat pour les mauvaises raisons : avoir une belle voiture, une villa, une piscine, quitter la rat race et soumettre les autres.  Mon but est de former des entrepreneurs qui pourront obtenir tout cela mais qui respecteront leurs clients tout comme toutes les autres personnes qu’ils croiseront dans leur vie. Des entrepreneurs éthiques qui se diront  » Comment vais-je contribuer à rendre le monde meilleur  » en ayant les pieds dans leur piscine plutôt que  » Qu’est ce que je vais acheter et mettre dans les dents des autres ? « . C’est simplement ma vision des choses, elle n’est pas forcément la meilleure ou la plus mauvaise, on pourra même m’accuser  » d’un manque de mindset de pitbull  » en disant ça mais ne l’oublions pas. Ceux qui accusent n’auront pas accompli 1% de ce que j’ai déjà fait, ni même 1% au bien que mes élèves auront contribué. Le mindset est là, mais il a un impact positif autour de moi.

Quelle expérience professionnelle ?

Concrètement, voici toutes les expériences professionnelles que j’ai eu dans ma vie.

  • Professeur de guitare particulier sur Sarrebourg, ma ville natale.
  • Agent d’entretien saisonnier à récurer le sol de la piscine municipale de ma ville pendant les grandes vacances.
  • Vendeur dans un magasin de musique, mais genre juste une journée !
  • Concepteur de site de e-commerce en stage.
  • Cadreur et monteur pour des vidéos de sport durant un autre stage.
  • Cadreur, monteur, photographe, graphiste, créateur de site internet pendant ma première auto-entreprise (bref, ce qu’il ne faut absolument pas faire… à force d’être partout on est nul part).
  • Guitariste pro ! Pour des marques et aussi pour faire des concerts privés.
  • Président de MyMusicTeacher SAS qui a supporté toutes mes autres activités. C’est là où je me suis dopé au marketing, où j’ai fait du véritable e-commerce, de l’acquisition, etc. D’où le fait pourquoi je défends le dropshipping augmenté (vente d’un produit physique avec un produit virtuel par exemple) ! On obtient pas des centaines de milliers d’élèves dans le monde entier en claquant des doigts.
  • De nouveau auto-entrepreneur pour supporter le lancement de mes formations en ligne puis Président de BusinessDynamite SASU.

Je travaille en ce moment sur un très gros projet de e-commerce avec création de marque et de nombreuses normes à respecter. J’espère lancer ce projet début d’année prochaine et je partagerai avec joie mon épopée dans cette aventure. Le but est simple, me lancer dans un autre domaine et que ce soit l’aboutissement ultime pour mes élèves qui suivent mes formations. Rassure-toi, je continue totalement à travailler sur BusinessDynamite. J’aime enseigner, encore plus que de jouer de la guitare, c’est pour dire 🙂 J’ai hâte de vous montrer les prochains contenus.

Les concours que j’ai réalisé et gagné !

Les concours m’ont permis de gagner énormément en notoriété et en crédibilité. Imaginez deux jeunes qui débarquent faire un prêt bancaire pour leur start-up qui ne ressemble à rien d’autre qu’un simple business plan. Quand on donne le nombre de concours que nous avons remporté, cela fait tout de suite pencher la balance en notre faveur :

  1. Lauréat & coup de coeur du jury du concours transfrontalier 123GO
  2. Lauréat concours entreprendre catégorie émergence 2013
  3. 1er Prix StartUpAcademy Catégorie Concrétisation et Développement 2014
  4. Prix Innovation Barbier-Simonin 2014
  5. Lauréat du Prix national Pépite-Tremplin Entrepreneuriat
  6. Lauréat concours entreprendre 2014
  7. 1er prix de l’éloquence de l’AMOPA en 2014 (ma première véritable distinction en tant qu’orateur, un véritable plaisir !).
  8. Lauréat du réseau entreprendre Lorraine 2014. J’en profite pour remercier pour coach qui m’a aidé pendant deux ans ! Si vous avez l’occasion d’intégrer le réseau entreprendre de votre région, je vous encourage à le faire !
  9. Lauréat Chaîne Lorraine d’Appui 2014
  10. Lauréat des Alérions de la jeunesse 2015
  11. Médaille d’or concours Lépine Européen 2015
  12. Médaille d’or concours Lépine Mondial 2016
  13. 1er prix international de l’univers connecté Mondial 2016
  14. Société demi-finaliste au KIC start-up challenge 2016 en Corée du Sud

Toutes ces récompenses et prix permettent de gagner en visibilité et en crédibilité. Je tiens à remercier les organisateurs, jurys et clients sont venus sur les différents stands, nous soutenir à différents concours !

Vous savez maintenant tout ou presque tout de ma vie professionnelle. J’ai toujours en tête de faire de la musique, de créer un album… Ce projet n’a jamais fonctionné mais il me tient à coeur et il m’a guidé vers d’autres horizons. On provoque sa chance.

Je vous souhaite de tout coeur de pouvoir vous lancer dans la création d’entreprise. Sachez que c’est énormément de travail et de souffrance. Mais c’est aussi un accomplissement incroyable et vous verrez des choses que peu de gens ont l’occasion de voir.

Et surtout, la vie m’a appris une chose très importante. Votre temps est ce que vous avez de plus précieux. Battez-vous pour de belles choses, tout ne fonctionne pas dès le début, loin de là. Il y aura des centaines de gens qui vous mettront des bâtons dans les roues, même votre entourage. C’est parce qu’ils jalousent ou ne comprennent tout simplement pas votre style de vie. Pardonnez leur pour ça. La force d’un entrepreneur, c’est d’aller au delà de ça, d’analyser, de s’améliorer et de savoir que l’échec fait partie du processus de réussite. Le terrain est tellement formateur. Prenez-soin de vos proches, des milliers d’euros de chiffre d’affaires ne valent pas quelques heures auprès de ceux que vous aimez et vous devrez réussir à trouver cet équilibre.

Bon succès.

Frank Houbre

Laisser un commentaire

Fermer le menu