Qu’est-ce que la blockchain ?

La cryptomonnaie devient de nos jours un centre d’intérêt pour bon nombre de personnes. La cryptomonnaie n’est pas seulement les bénéfices qu’on peut en tirer. Les bénéfices ne sont qu’une partie de l’iceberg. De nombreux aspects techniques soutiennent la cryptomonnaie afin d’assurer son fonctionnement. Pour bien comprendre le domaine, vous devez commencer par la base même de la cryptomonnaie qui est la blockchain. Comment se définit la blockchain ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Découvrez dans cet article les réponses à ces questions pour bien cerner le domaine.

Comment se définit la blockchain ?

Blockchain : Qu'est-ce que c'est ?
Blockchain : Qu’est-ce que c’est ?

Encore appelée DLT (Distributed Ledger Technology), la blockchain est une nouvelle technologie de révolution du monde numérique. C’est une nouvelle alternative aux logiciels open source qui vise à impacter l’univers informatique. La blockchain est une méthode de partage d’informations et de données entre les réseaux ouverts et privés. Elle revient moins chère et plus efficace que les anciennes bases de données. La blockchain permet de stocker des données à l’échelle mondiale sur des milliers de serveurs tout en permettant à quiconque sur le réseau de voir les entrées en temps quasi réel. On en déduit que la blockchain est une base de données.

Toutefois, la blockchain n’est pas une base de données ordinaire. Elle permet le stockage des transactions dans le domaine de la cryptomonnaie. On peut assimiler la blockchain à un registre qui retrace toutes les opérations des cryptomonnaies qu’elle héberge. La blockchain devient de plus en plus crédible aux yeux de tous, car elle réduit les risques, élimine la fraude et apporte de la transparence de manière évolutive pour une multitude d’utilisations. Sans doute, de nombreuses entreprises ont adhéré à cette technologie afin d’accélérer leur processus de croissance, réduire les coûts administratifs et s’approcher de leur résultat. La première technologie de blockchain développée en premier lieu, est celle du Bitcoin en 2009.

CZ et Frank Houbre de Binance dans la crypto-monnaie

En d’autres termes, la blockchain correspond à une chaîne de blocs. Ceci signifie que les nouveaux blocs se construisent sur la base du précédent bloc. C’est donc une suite de blocs qui se construisent les unes sur les autres. Les nouveaux blocs contiennent obligatoirement une empreinte cryptographique du précédent bloc. Ainsi la modification d’un bloc s’opère par la modification de son empreinte. Les blocs quant à eux sont des petits fichiers numériques qui répertorient un certain nombre de transactions.

La création d’un nouveau bloc se fait suivant différentes méthodes. La méthode la mieux employée est celle de la preuve de travail. Cette méthode nécessite des mineurs ou groupes de mineurs qui mettent en compétition leur capacité à résoudre des problèmes mathématiques. Le privilège de création du bloc revient au groupe de mineurs qui a pu résoudre en premier et correctement le problème. C’est ainsi que se prouve la preuve de compétence à travers le test. L’incitation derrière le minage est la récompense : il s’agit des frais de transaction ainsi que de nouvelles unités de la cryptomonnaie associée à la blockchain.

Quels sont les avantages de la blockchain ?

La blockchain présente plusieurs avantages que nous devons vous exposer. Voici ci-dessous les bénéfices que vous pouvez tirer de l’existence de la blockchain.

Blockchain : Les avantages
Blockchain : Les avantages

Les données de la Blockchain sont inchangeables

Les données inscrites sur la blockchain ne sont plus modifiables. Son principe de base consiste en ce que toutes les données qui y transitent ne peuvent pas être corrompues. Cette capacité à éviter la modification concerne exclusivement les blockchains décentralisées. Ceci permet de servir de preuve lors d’une contestation d’agissement ou d’irréfutabilité. La traçabilité est évidente. Ainsi, en consultant la blockchain, les transactions sont facilement retraçables. Cela veut dire qu’on peut inscrire dans la blockchain le propriétaire d’un immeuble, le fabricant d’une œuvre d’art. La propriété demeure ainsi garantie. Cet enregistrement s’étend également aux entreprises. Celles-ci peuvent conserver ou déposer leur bilan sur la blockchain. C’est une manière pour elles de rassurer les investisseurs de la société.

On ne pourra évidemment pas tout inscrire sur des blockchains. Cependant, dans les cas où c’est possible, les informations ne sont plus modifiables par la suite. Dans les années à suivre, toutes les choses importantes vont s’inscrire dans des registres similaires.

La suppression des intermédiaires

La blockchain permet d’effacer les intermédiaires dans les transactions. Dans le système traditionnel, la banque sert d’intermédiaire entre les particuliers. De nos jours, avec l’apparition de la blockchain, les particuliers peuvent effectuer des transferts pairs à pairs. Ils n’ont donc pas besoin d’un intermédiaire avant d’effectuer leurs opérations. C’est un processus qui raccourcit les transactions, mais ceci n’implique pas que les banques sont à supprimer. Les établissements financiers peuvent être couplés avec la blockchain afin d’aboutir sur d’autres opérations plus performantes.

Par ailleurs, vous pouvez facilement initier de façon automatique un paiement. Ce paiement s’effectue sous la réalisation de certaines conditions prédéfinies. Ceci peut être le cas d’un versement. Dans l’un ou l’autre des cas, vous pouvez l’automatiser et dès la réalisation des conditions, la transaction s’opère automatiquement.

La blockchain est rapide et sécurisée

La blockchain se veut rassurante pour ses utilisateurs. À cet effet, elle a mis en place des technologies pour contrer les attaques de piratage. Depuis sa création, des moyens sont mis en œuvre pour éviter toutes formes d’escroqueries. En réalité, les arnaques liées au Bitcoin se produisent sur des plateformes d’échanges ou sur des portefeuilles non sécurisés par le propriétaire. En effet, le concepteur du protocole de la chaîne de bloc du Bitcoin a prévu une condition pour réussir le piratage. La condition est toute simple. Vous devez disposer de plus de la moitié de la puissance dédiée au minage du Bitcoin. Ceci reste quasiment impossible. C’est en réalité l’attaque de 51 %. C’est le nom donné à l’attaque que subit la cryptomonnaie.

Par ailleurs, pour les réseaux comme l’Ethereum, le fondateur exprime le désir de pousser la sécurité de sa plateforme au maximum possible. Il souhaite proposer un système dans lequel l’attaque sera possible que si seulement 1 % du réseau n’est pas contrôlé. En réalité, personne ne peut détenir sous contrôle ce pourcentage du réseau. C’est une condition qui ne peut pas se réaliser. Dans cette tendance, le réseau sera vraiment sécurisé. En effet, vous ne pouvez à ce jour pas obtenir 51 % du réseau ; alors 99 % deviennent d’emblée impossibles. De ce fait, la sécurité devient maximale au niveau d’une blockchain décentralisée. Aucun système informatique actuel ne peut offrir une telle garantie.

En plus de cette haute sécurité fournie par la blockchain, les transactions s’effectuent en principe avec rapidité. En faisant une comparaison avec la durée d’une transaction dans le système traditionnel, vous vous rendez compte directement que la transaction par la cryptomonnaie est plus rapide. Cependant, lorsque le réseau reçoit simultanément plusieurs commandes, les transactions vont au ralenti et deviennent très lentes.

Quels sont les inconvénients de la blockchain ?

La blockchain est reconnue comme une nouvelle technologie de révolution du monde. Cette révolution du monde ne se fera pas en un clin d’œil, mais elle se fera selon un processus. Cependant, ce processus viendra en déphasage avec d’autres règles. Voici un aperçu des cinq problèmes majeurs de la blockchain devant être connus de toute personne souhaitant se lancer dans ce secteur.

 La Blockchain a un impact environnemental non négligeable

La blockchain impacte indirectement l’environnement. D’abord, elle fonctionne sur un codage, c’est-à-dire un ensemble de chiffres afin d’assurer sa propre sécurité. Ce codage permet aussi de faciliter l’utilisation du réseau à ses utilisateurs. Ceci revient à essayer, tester le plus grand nombre de fois possible les algorithmes de la blockchain afin de s’assurer que tel ou tel utilisateur dispose de la faculté d’écrire sur la blockchain. Ce test demande beaucoup d’effort et la mise en œuvre de matériels informatiques très puissants. Ces matériels coûtent cher et consomment énormément en énergie. Certaines blockchains sont d’ailleurs tellement puissantes qu’elles consomment en énergie plus qu’un pays entier.

Par exemple, la blockchain du Bitcoin à elle seule consomme plus d’énergie que certains pays. Son réseau est tellement puissant et est doté d’une capacité de marché de plus de 170 milliards de dollars. Vous comprenez ainsi que les moyens doivent être mis à disposition pour assurer une bonne sécurité à cette plateforme. Avec cette capacité financière, la sécurité doit être au top afin d’éviter de se faire vider de ses pièces.

Les petites blockchains quant à elles ne consomment pas autant en énergie et ne nécessitent pas des matériels informatiques extrêmement puissants. Toutefois, il ne faut pas ignorer leur impact environnemental important.

La quasi-absence de réglementation crée un environnement à risque

L’absence de législation pour contrôler le fonctionnement et la naissance des blockchains engendre de nombreuses conséquences. La remarque a été faite qu’à cause de la liquidité et de la volatilité des marchés, les arnaques se multiplient. Ces arnaques sont suivies d’une manipulation fréquente de marché sur certaines chaînes de blocs. Tout ceci est dû à une insuffisance de réglementation qui protège le domaine. En réalité, ces nouveaux blocs jouent sur la peur de manquer le nouveau Bitcoin des investisseurs. Ne voulant plus manquer une opportunité qui pourra exploser comme le Bitcoin, ceux-ci investissent dans presque toutes les cryptomonnaies qui semblent être prometteuses. Les promoteurs à leur tour n’hésitent pas à arnaquer les investisseurs. Ce fut l’exemple de Onecoin qui s’est présentée sous forme de cryptomonnaie prometteuse au rang du Bitcoin, mais qui à la suite s’est révélée comme un système de Ponzi.

Par ailleurs, la réglementation est insuffisante puisque les innovations se multiplient au jour le jour. Cette multiplication des innovations échappe au contrôle de la législation. Ceci se présente comme une faille et les arnaqueurs en profitent à la moindre occasion. En tant qu’investisseur, vous pouvez choisir, n’investir que sur les cryptomonnaies reconnues du public. Ceci ne réduit que votre risque de vous faire arnaquer. Évidemment, cela n’efface pas le risque d’arnaque puisqu’un évènement peut surgir à tout moment et conduire à la fermeture de la plateforme d’échange. Encore une fois, ce sont les conséquences possibles du manque de réglementation du secteur.

Le fonctionnement des blockchains peut être lent et fastidieux

Blockchain : Son mode de fonctionnement
Blockchain : Son mode de fonctionnement

La blockchain est un lourd matériel informatique. Son fonctionnement peut aller au ralenti à cause de sa complexité, du chiffrement et de la distribution qui s’opère entre les utilisateurs du réseau. À cet effet, les transactions qui sont effectuées sur la blockchain peuvent être très lentes comparé à celles du système bancaire. Parfois, le traitement d’une seule transaction peut prendre jusqu’à plus d’une heure. C’est le cas des transactions sur le Bitcoin par exemple. Vous voyez qu’il serait alors difficile, dans un tel cas, d’aller au supermarché et de régler son opération en cryptomonnaie. En effet, lorsque la validation d’une transaction peut prendre des heures, le marchand prend un risque en laissant partir l’acheteur. 

En théorie, on retrouve également ce genre de problèmes sur les réseaux de blockchains qui ne sont pas liés aux cryptomonnaies, comme les transactions d’authentification ou les environnements d’internet des objets (IoT). Ces chaînes peuvent ralentir et devenir peu maniables lorsqu’elles s’allongent et que le nombre d’ordinateurs impliqués augmente. Il faut espérer que cet inconvénient pourra être résolu grâce aux progrès informatiques concernant les vitesses de traitement. Mais pour le moment, c’est un grand challenge.

L’establishment a intérêt à ce que la technologie de la Blockchain échoue

Malgré les nombreux avantages de la blockchain, les établissements financiers souhaiteraient qu’elle échoue. En réalité, avant l’apparition de la blockchain, les banques se faisaient énormément de bénéfices sur leur fonction d’intermédiation. Le coût de ce service étant réparti sur les millions de clients, son coût pour le client final est très réduit. Le client individuel ne remarque donc pas les millions que la banque se fait. Avec la blockchain de nos jours, la banque perd progressivement son rôle d’intermédiaire. 

De plus, les banques ont un fort pouvoir de pression sur les gouvernements et les législateurs. Il est donc possible que le secteur financier traditionnel décide de réduire l’utilisation de la technologie ou sa disponibilité, voire de l’interdire, si c’est dans son intérêt. Cependant, bien que ces obstacles soient des freins à son adoption, la technologie de la Blockchain va continuer d’évoluer dans les années à venir. Après tout, les progrès technologiques trouvent toujours le moyen de contourner les obstacles artificiels.

La blockchain est l’une des dernières technologies qui ont révolutionné le monde notamment celui des transactions financières. En effet, cette technologie est à l’origine de la première cryptomonnaie. Mais au-delà de son rôle dans la finance décentralisée, cette technologie détient des avantages dans bien d’autres domaines. On peut citer par exemple le domaine des votes. Mais comment fonctionne la blockchain ? Quels sont ses avantages ? Quelles sont les différentes applications qu’offre la blockchain ? Le présent article vise donc à apporter plus de clarification en abordant les points ci-dessus énumérés.

Clarification du concept de blockchain  

Blockchain - Définition
Blockchain – Définition

Le concept de blockchain a vu le jour le jour vers la fin de l’année 2008 avec la création de la cryptomonnaie. Dans ce contexte, la blockchain se présente comme un grand livre électronique de compte qui retrace toutes les transactions électroniques effectuées par les détenteurs de monnaies électroniques. A la différence des livres de compte classique, il est très sécurisé et inviolable. De plus, il garantit la sécurité à tous les utilisateurs. De même, la blockchain sert de canal de transmission d’informations pour les différentes transactions, différents échanges dans le monde.

Meilleure chaîne youtube en français sur la crypto-monnaie.

En d’autres termes, on peut considérer la blockchain comme une très grande base de données qui retrace l’historique des différentes transactions monétaires virtuelles, et ce, depuis sa création. Pour sa sécurité, elle utilise un niveau de codage élevé qui est permanemment en train d’évoluer. Tous les utilisateurs peuvent avoir à tout moment accès à la plateforme. Ils peuvent y faire différentes opérations à l’exception de la modification du registre. Ainsi, chaque utilisateur pourra s’y connecter aisément pour vérifier d’éventuelles informations, ainsi que le caractère valide de la chaîne.

Par ailleurs, il importe de noter qu’il existe des blockchains publiques. Dans ces types de blockchains, les différents utilisateurs peuvent accéder à la totalité des informations qui y résident. Par contre, dans les blockchains privées, l’utilisateur ne pourra qu’accéder à une partie restreinte de la plateforme.

Comment fonctionne la blockchain ?

Le fonctionnement de la blockchain se base sur différentes transactions ou opérations et quelques fois sur des monnaies. Le principe est tout simple. En effet, tout ce que font les utilisateurs sur la blockchain s’exprime en information. Donc, toutes les informations d’une opération forment un bloc. Ainsi, plusieurs blocs se forment sur le réseau.

Le programme va répartir alors les données ou informations de chaque bloc sur des nœuds. Et chaque nœud possède en son sein une copie des différentes transactions effectuées sur le réseau ; le but étant de garantir la transparence dans les échanges. Ensuite, des mineurs procèdent à la validation des blocs et par conséquent des nœuds à chaque fois que les utilisateurs trouvent un consensus entre eux.

La validation de chaque bloc passe par l’intermédiaire de certains nœuds connus dans le jargon technique comme des « mines ». Le système de validation utilisé dépend du type de blockchain. En effet, chaque blockchain dispose d’un système particulier pour pouvoir valider ses blocs. Par exemple, on parlera de la technique « Proof-of-Work » pour ce qui est de la blockchain du Bitcoin. 

Dès qu’on valide un bloc, il est daté avec l’heure de programmation à l’appui et rajouté à la chaîne des blocs. Ainsi, celui qui devra recevoir la transaction commence par la voir sur son compte. Chaque utilisateur par ailleurs se fait identifier par un programme informatique crypté dans le but de protéger ses informations.

Enfin, il importe de noter que l’absence totale de contrôle étatique ou gouvernemental ajouté à la décentralisation aide le système. En effet, c’est cette organisation qui lui permet d’intégrer les différentes informations de manières chronologiques. Il en est de même pour l’inviolabilité des données.

Quels liens entre bitcoin et blockchain ?

Il n’est pas rare de voir des personnes qui associent systématiquement les mots « bitcoin » et « blockchain ». Bien que l’un appelle l’autre, les deux ne veulent pas exprimer la même chose et il importe de souligner leur différence.

Le Bitcoin est une monnaie électronique comme toutes les autres. On peut l’utiliser comme moyen de paiement. On peut aussi l’utiliser pour investir sur le marché financier (les bourses et bien d’autres). La seule différence avec la monnaie classique est qu’elle n’existe pas en version physique. On ne peut donc l’imprimer comme des billets ou pièces de monnaie traditionnelle tels que le Dollar, le Franc, l’Euro et bien d’autres. Cependant, le bitcoin s’échange contre ces différentes monnaies. Il en est de même pour les autres types de cryptomonnaies. Quand on s’intéresse à sa création, on remarque que le Bitcoin est généré par un processus informatique de cryptographie connu sous le nom de « minage de bitcoin ».

Pour faire court, miner ou générer du Bitcoin consiste à résoudre des algorithmes poussés basés sur la puissance de calcul des ordinateurs spécifiques conçus pour la tâche. Pour en tirer le plein bénéfice, il faudra vous connecter sur des réseaux spécifiques avec des logiciels adaptés.

Dans la résolution des algorithmes mathématiques qui génèrent du bitcoin, vous aurez à créer des nœuds à chaque étape. Les différents nœuds en fonction du niveau de codage se regroupent par bloc. Les différents blocs par la suite se regroupent pour former une chaîne. Ainsi, on assiste à la création de la chaîne de bloc ou blockchain en anglais. La blockchain est nécessaire à la résolution de l’algorithme. En effet, c’est la blockchain qui détient la clé des différents niveaux d’algorithme pour générer les Bitcoins. Le Bitcoin était juste le premier modèle sur lequel on a pu développer la blockchain. Aujourd’hui, cette technologie est avancée et s’utilise dans d’autres domaines.

Quels sont les avantages liés à la blockchain ?

Chaque progrès de l’humanité vise à apporter une réponse améliorée à ce qui se fait déjà ou de nouvelles façons de faire tout en gagnant en efficacité. La blockchain n’échappe pas aussi à cette règle. En effet, depuis sa création, elle offre de nombreux avantages. Au nombre de ces avantages, on peut citer entre autres :

  • La rapidité : la rapidité est l’avantage principal de la blockchain. En effet, les transactions deviennent très rapides grâce à la technologie blockchain. Par le biais de la blockchain, le bloc se valide en l’espace de quelques secondes, voire minutes dans le pire des cas. Se faisant, cette technologie facilite les transactions.
  • La sécurité : la sécurité est l’autre avantage que procure la blockchain. Cela est possible du fait qu’il faudra plusieurs utilisateurs connectés avant de valider chaque transaction. Aussi, ces différents utilisateurs ne se connaissent pas et peuvent se retrouver à des milliers de kilomètres les un des autres. Dès lors, il est impossible de violer le système ou de faire des détournements de fonds à cause des nœuds.
  • Les bénéfices liés à la productivité et à l’efficacité : cela est dû au fait que la blockchain gère les échanges par un programme informatique qui réduit les frais liés à la transaction de fonds comme on aurait pu l’avoir dans le système classique.

Quels sont les champs d’application de la blockchain ?

Blockchain - Domaines d'intervention
Blockchain – Domaines d’intervention

La  blockchain se présente comme une grande innovation qui peut révolutionner le monde grâce à ses applications multiples dans le secteur bancaire. Cependant, la technologie blockchain ne se limite pas seulement au secteur de la monnaie électronique (cryptomonnaies). Plusieurs autres domaines d’expertise exploitent déjà cette technologie ou le feront dans un futur proche pour se développer. Au nombre de ces secteurs, on peut citer :

Le secteur bancaire

Le secteur bancaire est celui qui pourra bénéficier amplement de cette innovation. En effet, la blockchain a été développée à la base pour faciliter les transactions des monnaies électroniques (cryptomonnaies). Elle est née avec le bitcoin dont la caractéristique fondamentale est sa liberté (indépendante des autorités gouvernementales). Ensuite, elle sert d’élément stratégique dans la concession des cryptomonnaies pour faciliter les transactions internationales. Cependant, elle a évolué et ne se limite pas seulement à la gestion des transactions des cryptomonnaies.

En effet, grâce à la technologie blockchain, on peut maintenant effectuer et valider une transaction bancaire sans recourir à une chambre de compensation. Par conséquent, l’opération devient plus simple, et le délai de réalisation assez court.

En dehors de cela, la technologie blockchain aide différents acteurs d’une place financière sans pour autant trahir le secret professionnel. Cela voudra dire que les différentes parties auront accès aux informations nécessaires sans pour autant avoir accès à des informations stratégiques et commerciales de la partie concurrente. Ce faisant, elle permet de respecter l’intégrité de chaque acteur. Par la même occasion, la blockchain favorise la gestion des outils communs de travail tout en réduisant les coûts de communication et de gestion.  

Le secteur de l’assurance

L’assurance est également l’un des secteurs qui bénéficient de l’apport de la technologie blockchain. Grâce à la cette technologie, les compagnies d’assurance arrivent maintenant à automatiser les procédures de remboursement. De même, elles sont parvenues à alléger plusieurs formalités. Ainsi, la vie devient plus simple pour les clients et même pour les entreprises. Beaucoup de choses se font assez rapidement grâce à la blockchain. Toutefois, il importe de noter que tout cela est possible seulement lorsque les critères et conditions  de l’opération (préjudice et indemnité) sont définis sans ambiguïté.  

Le secteur de la logistique

Le domaine de la logistique n’est pas resté en marge des différents progrès apportés par la blockchain. Au contraire, il tire deux précieux avantages. Le premier avantage est qu’il permet d’avoir une traçabilité sur les opérations concernant chaque produit. Ce faisant, elle sert de livre de compte pour la chaîne de production et DE distribution des produits. Le second avantage qu’offre la blockchain dans la logistique est celui de faciliter les procédures de coopération. A cet effet, elle crée un environnement favorable de collaboration entre les différentes parties en favorisant un bon partage d’information.

Le secteur agro-alimentaire

Ce secteur bénéficie également des innovations apportées par la blockchain. Comme dans le secteur de la logistique,  la chaîne de bloc rend plus faciles les procédures de collaboration entre divers acteurs. De plus, elle permet de tracer le parcours des produits sur la chaîne de production et de distribution. Ainsi, en cas d’épidémie par exemple, on pourra revisiter le trajet et identifier avec précision le foyer de l’infection. Alors, on pourra réfléchir au traitement adéquat.

Le domaine de l’énergie

Pour le domaine de l’énergie, la blockchain autorise des échanges de valeurs et de services à l’insu de l’unité centrale de gestion. Ce faisant, elle favorise les conditions d’une mise en place à grande échelle, et ce, en fonction des capacités techniques.  En termes simples, le tout dépend de l’installation de production en place et du réseau de distribution. Cela se fait le long du circuit de production jusqu’à la revente tout en essayant d’équilibrer l’offre et la demande d’énergie de façon constante. Cela n’est pas toujours facile pour les réseaux d’électricité : c’est au contraire une autre source de contrainte.  

En dehors de ces quelques secteurs d’activité énumérés, la technologie blockchain intervient dans bien d’autres secteurs où ses apports sont appréciés. C’est le cas par exemple des secteurs de l’aéronautique, de la santé, du luxe et de l’immobilier pour ne citer que ces quelques-uns.

Quelles alternatives pour la blockchain dans le futur ?

Blockchain - Futur de la technologie
Blockchain – Futur de la technologie

La blockchain n’est qu’à ses débuts et a déjà montré beaucoup d’utilités pour différents secteurs d’activité. A ce rythme, elle pourrait s’imposer dans la quasi-totalité des secteurs d’activité dans la mesure où nous nous dirigeons vers un monde de plus en plus numérique. Or, la numérisation des différents secteurs d’activité implique de trouver les mécanismes de transaction rapide et sécurisée. Ce à quoi s’attele déjà la blockchain et qui pourrait s’améliorer dans le futur. Comme nous l’avions vu ci-dessus, les secteurs tels que la finance, la logistique, l’aéronautique sont déjà impactés.

Or, la blockchain est encore loin de nous livrer sa version finale. Donc, il reste encore d’énormes potentiels à exploiter pour le futur. Les seules barrières seront les manques de créativité et d’ingéniosité des hommes. Cette technologie détient une grande partie de l’avenir de l’humanité. Par ailleurs, il importe de souligner que nul n’a besoin d’être un expert en la matière. C’est tout un système bien huilé qui fonctionne presque seul. Il vous faudra juste appréhender les notions de base et le tour est joué.

Quel est votre avis ?
  • Note